Le Bioreport 2013 publié par l’Association Italienne Agriculture Biologique (Aiab), reporte que «dans 61,8% des 8.077 communes italiennes est présente au moins une entreprise biologique, une distribution qui se concentre surtout entre le centre et le sud de l’Italie».

Aiab souligne que «les données qui résultent du Bioreport indiquent que notre pays est particulièrement indiqué à une culture de ce genre puisque il est riche en collines et montagnes, en effet l’agriculture à méthode biologique certifiée a besoin en prévalence de territoires collinaires (61%) et montagneux (21%)».

Le Bioreport a également montré des données surprenantes : «Cette approche d’agriculture touche surtout les jeunes. En effet ce type d’exploitation (environ  22%) est conduit en prévalence par des personnes qui ont entre 20 et 39 ans. Les jeunes qui sont  plus orientés vers l’innovation et une diversification des activités productives (tourisme rural, activités récréatives et sociales, fermes didactiques etc.) diffusent leur propre activité grâce aux nouveaux canaux commerciaux comme l’ e-commerce».

Un autre résultat de cette étude est que l’agriculture biologique est plus attentive à la durabilité environnementale par rapport à celle ‘conventionnelle’, en appliquant de bonnes pratiques et  en contribuant à la réduction de la pression sur les écosystèmes et l’environnement. Un modèle généralisé de développement pour des raisons économiques, sociales et environnementales, est établi toujours avec une majeure attention par les géants de la distribution comme la Coop qui met en évidence que «À la base du récent intérêt de diffusion de l’alimentation biologique par les consommateurs se trouvent des motivations de santé et d’étiques. L’exclusion de substances de synthèse chimique à partir  des processus de culture est utile pour préserver la fertilité des terrains et réduire l’exposition humaine à des composés pour lesquels, dans certains cas, existent différentes preuves de toxicité».

Cependant ils existent plusieurs études qui ont basé leur recherche sur la comparaison entre la valeur nutritionnelle  des aliments biologiques et celle des produits agricoles traditionnels : par exemple, par la recherche “Are Organic Foods Safer or Healthier Than Conventional Alternatives?: A Systematic Review” publiée  sur Annals of Internal Medicine, il s’est avérer que les aliments biologiques sont plus nutritifs et leur consommation réduit l’exposition aux pesticides et aux bactéries résistantes aux antibiotiques ; Food Chemestry vient de publier l’étude “A comparison of the nutritional value and food safety of organically and conventionally produced wheat flours” qui s’occupe de la farine de blé en révélant que celle biologique a des protéines plus digestibles et une contamination de mycotoxines d’environ deux fois inférieure à celle de farine conventionnelle. La diffusion de ces données, comme affirme Coop, a contribué à accroitre la confiance des consommateurs Italiens envers les aliments “bio”, plus respectueux de l’environnement et tout en apportant différents avantages à la santé humaine.

Nous pouvons donc affirmer que  le biologique made in Italy n’est pas du tout un produit de niche, mais il est en train de trouver toujours plus de place dans les étagères de supermarchés (non seulement dans ceux Coop), attirer les consommateurs en assurant la compatibilité environnementale.

Sacom a toujours été est attentive à la question de la durabilité environnementale et soutient l’agriculture biologique en produisant des bio-fertilisants innovants, tel que ceux qui sont présents dans la Gamme da MICROBIOTECH,GREENPOWER e VERAMIN.

Consultez le catalogue des produits Sacom! (Italien et Anglais)