La chlorose est une physiopathologie de carence en fer qui affecte de nombreuses plantes plus ou moins sensibles à l’absence de ce micro-élément. Le manque de prise de fer, même à de faibles niveaux, ralentit le processus de la photosynthèse et du système respiratoire de la plante, avec des conséquences négatives sur la production agricole, à la fois sur le plan quantitatif et qualitatif.

Rôle biologique: le fer est le constituant de la molécule protéique des cytochromes, impliquée dans la biosynthèse de la chlorophylle et des chloroplastes, régule les mécanismes de la croissance végétative et participe à plusieurs processus d’oxydo-réduction photosynthétiques et des voies respiratoires.

Symptômes: La carence se manifeste par une chlorose typique (jaunissement) à partir de jeunes feuilles de la plante.

Si la carence en fer se poursuit au fil du temps, les jeunes feuilles ont tendance à mourir, tandis que les plus âgés commencent également à jaunir avec les conséquences suivantes: arrêt de la croissance végétative, la chute des feuilles et souvent même la mort de la plante.

Causes: dans la plupart des cas, ils ne doivent pas être tracée en présence rare de fer dans le sol, mais ils sont essentiellement liées à la nature du calcaire broyé: il favorise la présence de concentrations élevées d’ions bicarbonate qui provoquent une augmentation du pH du sol, avec un fer insoluble et non utilisable par les plantes. Mais le pH élevé du sol n’est pas le seul facteur responsable de la chlorose: même les excès d’engrais nitrique, les sols riches en phosphore, l’aluminium et les métaux lourds, les faibles températures du sol et les opérations de travail du sol fréquentes qui favorisent l’oxydation ferreux ion Fe2 + (forme absorbable par les plantes) dans l’ion ferrique Fe3 + (insoluble) peut aggraver le tableau clinique de la carence en fer.

Thérapie: fournit notamment l’utilisation et l’administration des chélates de fer. Les chélates sont des composés organo-métalliques, avec une structure moléculaire anneau qui capture en leur sein l’ion ferreux (Fe2 +) mise à la disposition des plantes, même dans des conditions de pH alcalin. De tels composés sont solubles dans l’eau et directement absorbé par les racines et par les feuilles.  Il existe deux chélates de synthèse organique, tels que les ligno-sulfonates ou les engrais à base de fer chélaté par des acides aminés et des peptides.

Comme les plantes, des microorganismes présents dans la nature sécrétent des sidérophores (Neilands 1995), les pigments de faible poids moléculaire, qui peuvent lier d’une manière spécifique le fer trivalent (Fe3 +) (Faraldo-Gomez et Sanson, 2003) en facilitant le transport intracellulaire et l’assimilation du fer chez les plantes (Weller, 1988; Meldrum, 1999).

Des expériences avec des microorganismes produisant des sidérophores, en particulier ceux appartenant au genre Pseudomonas, Bacillus et avec des mycorhizes, ont montré une réduction significative de la chlorose ferrique par rapport à des plantes non traitées avec des microorganismes bénéfiques (Bavaresco et al., 2002).

En conclusion, nous pouvons dire que l’application des microorganismes améliore l’absorption du fer par la plante: l’utilisation de microorganismes, combiné avec un bon engrais organiques et d’engrais foliaires contenant chélates de fer avec des peptides et/ou acides aminés, est un remède naturel pour éviter la chlorose.

Solutions Sacom:

Twin Ferro de la gamme Microbiotech (pour le sol) + Veramin Greenstar de la gamme Veramin (foliaire)

*ICI LE CATALOGUE DES PRODUITS SACOM (Anglais)!

Bibliographie:

–          AA.VV. Manuale di viticoltura, a cura di Matteo Marenghi (Edagricole, 2005).

–          Bavaresco L., Amodio G., Fogher C (2002). Interazione tra portainnesto e infezione radicale con microrganismi sul controllo della clorosi ferrica e sulla produttività e la qualità dello Chardonnay. Vignevini, 5: 83-88.

–          Faraldo-Gòmez J.D., Sansom M.S.P. (2003). Acquisitino of siderophores in Gram nagative Bacteria. Molecular Cell Biology, 4:105-116

–          Meldrum A.J. (1999). Regulation of Pyover-1. Dine Biosynthesis in Pseudomonas aeru-ginosa. Tesi: Queen’s University Kingston, Ontario, Canada.

–          Neilands J.B. (1995). Siderophores: Structure and Function of Microbial Iron Transport Compounds. Journal Biological Chemestry. 270, 26723-26726

–          Weller D.M., (1988). Biological control of soilborne plant pathogens in the rhizosphere with bacteria. Ann. Rev. Phytopathol. 26, 379-407